• La Révolte des Tuchins

    Mais qui étaient donc ces Tuchins, ceux qui "tenaient la touche" ?

    Ce mouvement de révolte est né en Auvergne puis s'est répandu en Languedoc et dans le Gard rhodanien en 1382.

    C'est une forme de solidarité villageoise qui s'organise afin de lutter d'une part contre les prélèvements fiscaux et d'autre part contre les exactions des routiers et autres mercenaires présents en masse dans la région lors de la Guerre de Cent ans.

    A l'origine, quelques bandes armées isolées composées de paysans et d'artisans tentent d'assurer la défense de leur village. Mais avec l'arrivée des troupes du lieutenant du roi Jean du Barry en Languedoc, il devient nécessaire de se regrouper. Les révoltés prêtent alors serment à des capitaines, généralement choisis parmi l'élite urbaine ou la noblesse locale. Face à l'insécurité et aux razzias opérées par les gens d'armes, l'action des Tuchins s'organise et devient permanente, mettant au grand jour la défaillance du système féodal et l'impuissance des autorités à secourir les populations. 

     L'action principale du Tuchinat consiste à s’emparer de nombreux châteaux de la région (Aiguèze, Gicon, Sabran, Cornillon...) afin de récupérer les biens volés et de partager ensuite le butin en parts égales entre les émeutiers.

    Dans la sénéchaussée de Beaucaire, le groupe de Tuchins le plus actif est celui de Bagnols sur Cèze avec pas moins de 4 compagnies d'une trentaine de membres chacune, placées sous la responsabilité d'un capitaine. De nombreux spiripontains se sont également engagés dans le Tuchinat pour mettre un terme au prélèvement excessif de la gabelle par les troupes royales dans la ville de Pont St Esprit.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :